Kinshasa - RDC
Nous suivre sur

La plénière d’aujourd’hui s’est penchée sur huit points ; il s’agit notamment de la proposition de formulation du deuxième paragraphe de l’article 7 sur le mode de désignation du premier ministre, la répartition des postes ministériels, le rôle de la CENCO, la présidence du CNSA, l’actualisation du chronogramme de la mise en œuvre de l’Accord, la constitution d’une équipe de rédaction de l’arrangement particulier, l’évaluation des mesures de décrispation, la fixation de la date de l’adoption et de la signature de l’Arrangement particulier.

La Majorité présidentielle a communiqué sa proposition sur la formulation relative à cette question : voici comment elle est libellée : «  A cet effet, le premier ministre est nommé parmi les candidats présentés au terme des consultations entre le président de la République et le président du Rassemblement ».

Le rassemblement ne veut pas entendre parler de plusieurs noms ; en revanche ses membres sont d’accord sur le fait qu’il y ait consultation avec le chef de l’Etat.

Par rapport à la répartition des postes ministériels, une commission composée d’une dizaine de personnes est créée pour discuter de cette question et faire des propositions concrètes.

Concernant le rôle que la CENCO est appelée à jouer au sein du CNSA, la Majorité présidentielle souhaite présenter sa proposition à la CENCO avant de l’amener à la plénière. Elle pourrait le faire ce mardi 21 mars.

Les questions se rapportant à la présidence du CNSA et l’actualisation du chronogramme seront traitées prochainement. Pour ce qui est du comité de rédaction, les délégués ont préféré réactiver la commission qui a été créée à ce sujet.

Le ministre de la justice a promis de faire un rapport complet sur question de la décrispation. Il a répondu à certaines questions qui était posées en insistant sur le fait que le travail continue avec l’examen des dossiers au cas par cas. Le lundi 27 mars prochain est la date fixée pour l’adoption et la signature de l’Arrangement particulier.

La prochaine plénière est prévue le mercredi 22 mars 2017 à 15h.

La plénière de cet après midi a réuni les délégués aux discussions du centre interdiocésain sur les points qui restent encore ouverts au débat ; il s’agit du mode de désignation du premier ministre, la répartition des postes ministériels entre les composantes, certains points du chronogramme (la formation, l’investiture et l’entrée en fonction du gouvernement), ainsi que le rôle de la CENCO dans le CNSA. De ces quatre points, la Majorité présidentielle a souhaité qu’on parle également du président du CNSA.

Concernant le mode de désignation du premier ministre qui est le seul point ayant fait l’objet d’analyse, les deux composantes : Majorité présidentielle et Opposition n’ont pas évolué dans leurs discussions. La Majorité continue d’exiger trois noms tandis que le Rassemblement insiste sur la présentation d’un nom. Les délégués ont passé beaucoup de temps à échanger sur cela sans pour autant dégager un consensus. Avant la fin de la séance, le président de la CENCO a donné quelques considérations pratiques sur lesquelles le présidium compte faire une proposition pour sortir de l’impasse. Parmi les trois considérations, l’on retiendrait : que le peuple attend un premier ministre, il faut un dialogue entre le Rassemblement et la Majorité présidentielle et enfin que les autorités morales des deux composantes se parlent.

Il faut dire aussi que les divisions au sein du Rassemblement se sont invitées au débat suite à la motion d’un délégué. Après échange sur cette question, les délégués ont convenu que la question soit réglée en interne (au sein du Rassemblement) avec l’aide de la CENCO.

L’Evêque de Basankusu, Monseigneur Joseph MOKOBE NDJOKU, animé par le souci d’engager tous les agents pastoraux de son Diocèse dans les efforts à entreprendre pour aider l’Eglise à s’acquitter de la mission lui confiée par notre Seigneur Jésus-Christ, celle de faire des hommes et des femmes de toutes les Nations ses Disciples par l’Annonce de l’Evangile, a convoqué et dirigé successivement la réunion du  Conseil Episcopal, une réunion avec tous les Vicaires Forains et, enfin, la réunion du Conseil Episcopal élargi. Toutes ces réunions avaient pour objet principal l’Evaluation de l’Action Pastorale du Diocèse en rapport avec les  recommandations pastorales et missionnaires urgentes de l’année 2016. C’était à la paillote des réunions de son Evêché, du 16 au 19 Février 2017.

A l’issue des échanges avec ces différents groupes, Monseigneur MOKOBE a publié une lettre pastorale dans laquelle il a relevé les Actions prioritaires à mener pour relancer l’action pastorale et missionnaire en cette année 2017. Dans sa lettre, l’Evêque de Basankusu précise que l’Option Pastorale Fondamentale  de son Diocèse pour l’année 2017 est « l’Effort d’Edification de l’Eglise à la Base ». Une option pastorale qui exige une mobilité pastorale et missionnaire, mais aussi et surtout des Actions concrètes et déterminantes.

Des ces actions concrètes et déterminantes, Monseigneur MOKOBE souligne en priorité la nécessité de :
1.    Renforcer la lutte contre la pauvreté en suscitant l’appropriation des statuts de Caritas Basankusu au niveau de la base.
2.    Renforcer l’Education intégrale des jeunes.
3.    Mettre en application les directives en place pour garantir la paie des enseignants à tous les niveaux.
4.    Redynamiser les Comités de Gestions des Institutions Diocésaines et des Paroisses en procédant par la formation.
5.    Veiller à l’Edification de l’Eglise à la Base par la redynamisation des Communautés Ecclésiales Vivantes (CEV) conformément aux directives de l’épiscopat congolais.
6.    Faire des campagnes de quêtes pour la finalisation des travaux de la reconstruction de la Cathédrale saints Pierre et Paul de Basankusu.
7.    Prendre à cœur le travail d’accompagnement des vocations.
8.    Montrer la responsabilité des parents dans le travail d’accompagnement des vocations.

Monseigneur MOKOBE a conclu sa lettre par une prière invoquant l’Esprit Saint d’accorder à son Diocèse un élan pastoral et missionnaire sans précédent dans la réalisation de l’édification de l’Eglise à la base.

Abbé Jean Calvin MOTUBA NZALE
Vicaire Episcopal, E.M.-
Responsable des Communications.-

Les discussions autour de l’arrangement particulier se sont poursuivis au Centre interdiocésain sur le mode de désignation du premier ministre, la répartition des postes ministériels, le rôle de la CENCO, le président du CNSA, ainsi que certains points du chronogramme.

Il faut dire qu’hier aucune avancée n’a été enregistrée dans les débats.

Dans la plénière de ce vendredi 17 mars, une formule a été proposée par le présidium pour compléter et préciser l’Article 7 de l’arrangement particulier concernant le mode de désignation du premier ministre. Cette proposition qui prend en compte les considérations émises la veille par le président de la CENCO est libellée comme suit : «  le premier ministre est nommé au terme des consultations entre le président de la République et le président du Conseil des sages du Rassemblement ». Cette formulation amendée a été acceptée par la majorité des délégués. Les délégués de la Majorité présidentielle après s’être concertés, ont souhaité amener prochainement une formulation à ce sujet ; ils reconnaissent toutefois que c’est une avancée.

Concernant la répartition des postes ministériels, les délégués ont insisté sur le fait que cette question n’a jamais fait l’objet de divergences. Les différentes composantes sont d’accord sur le fait que les postes ministériels doivent être partagés. A ce sujet, le Rassemblement a souhaité avoir du temps pour étudier cette question, en vue de sauvegarder les prérogatives reconnues au premier ministre par la constitution dans la formation du gouvernement.

En ce qui concerne le rôle de la CENCO, la Majorité présidentielle va proposer une formule lors de la prochaine séance à ce sujet.

La question autour du président du CNSA a refait surface à la suite de la mort de M. Etienne Tshisekedi. Certains soutiennent que ce poste lui a été accordé en tant qu’individu, d’autres insistent sur le fait que ce poste revient au Rassemblement, d’autres encore pensent qu’il faut un consensus autour de la personne qui va occuper ce poste ; les discussions continuent. Le point qui touche au chronogramme sera abordé prochainement.

La prochaine plénière est prévue le lundi 20 mars à 15h.

Les miliciens de Kamwine Nsapu continuent de semer la terreur dans le Kasai. La nuit du 14 au 15 mars 2017 ils se sont affrontés avec les Fardc. La commune de Ngaza à Kananga a connu un lourd tribut dans ce combat, quelques jeunes ont perdu la vie. Le ministre de l’intérieur avait fait le déplacement pour se rendre sur place afin de chercher les voies et moyens de mettre fin à cette situation; une délégation de députés originaires du Kasaï s’y est également rendue. Pour l’instant il y a une accalmie relative mais situation reste explosive. Le kidnapping des deux enquêteurs de l’ONU et de leur traducteur dont l’identité des assaillants reste encore inconnue, n’est pas de nature à calmer les esprits.

Les travaux sur l'arrangement particulier sous la médiation de la CENCO reprennent ce jeudi 16 avril 2017 par une plénière convoquée à 16h au Centre interdiocésain.

Sous-catégories

Echos du saint siège
Société
IMAGE Bandundu : 174 enfants...
« Actuellement, au bout de trois mois, la Zone de Santé (ZS) de Kingandu a...
IMAGE RDC: Caritas Congo...
Le Projet d’extension /Appui à la scolarisation des Enfants et Adolescents...
IMAGE Diocèse de Boma : Le...
Une mission a été organisée récemment sur terrain pour le compte du projet...
ESPACE MEMBRE

NEWSLETTER
Soyez informer par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
COORDONNEES

Avenue Monts Virunga, n° 59, Commune de la Gombe, BP 3258 Kinshasa / Gombe / RD Congo

Tél : 00243 (0)998 24 86 99
Email : cenco2009@yahoo.fr
http://www.cenco.cd

© CENCO 2016

Concu par IT-Connexion