Kinshasa - RDC
19 Jan 2017
Nous suivre sur

Du 13 au 18 février  2017 :   Session sur la gestion financière

Du 20 au 25 février 2017 :    Comité Permanent de la CENCO

Du 05 au 09 juin 2017 :        Réunions des Commissions Episcopales

Du 12 au 16 juin 2017 :        Comité Permanent de la CENCO

Du 19 au 23 juin 2017 :        Assemblée Plénière de la CENCO

                                        Fait à Kinshasa, le 27 septembre 2016

                                                Abbé Donatien NSHOLE

                                          1er Secrétaire Général Adjoint de la CENCO

                                                Secrétaire Général a.i. de la CENCO

 

Après les deux synodes consacrés au thème de la famille en 2014 et 2015, dont l’un extraordinaire et l’un ordinaire, le pape convoque les évêques du monde pour réfléchir autour des jeunes. Cette Assemblée générale ordinaire du synode des évêques, la XVème,  aura lieu en octobre 2018, trois ans après la dernière assemblée ordinaire.

« Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel », tel est le thème choisi par le pape François pour cette Assemblée ordinaire du Synode des évêques.

Pour choisir ce thème, le Saint-père a tenu compte des points de vue issus des consultations des Conférences épiscopales, des Eglises orientales catholiques sui iuris et de l’Union des supérieurs généraux.

Selon la note de la salle de presse du Saint-siège, rapportée par Zenit, ce thème est « l’expression de la sollicitude pastorale de l’Eglise envers les jeunes, il est en continuité avec ce qui a émergé des récentes assemblées synodales sur la famille et avec les contenus de l’exhortation apostolique post-synodale Amoris Laetitia ».

Il faut dire que c’est la première fois que les évêques vont se pencher sur le thème des jeunes en particulier. Depuis leur institution par Paul VI en 1965, les assemblées synodales ordinaires ont eu pour thème : la foi (1967) ; le sacerdoce (1971) ; l’évangélisation (1974) ; la catéchèse (1977) ; la famille chrétienne (1980) ; la réconciliation et la pénitence (1983) ; la vocation des laïcs (1987) ; la formation des prêtres (1990) ; la vie consacrée (1994) ; l’évêque (2001) ; l’Eucharistie (2005) ; la Parole de Dieu (2008) ; la nouvelle évangélisation (2012) ; et la famille (2015).

Il convient de rappeler que le synode des évêques peut être convoqué par le pape sous forme « ordinaire », « extraordinaire » ou « spéciale ». D’après le Code de droit canonique, le Synode des évêques réuni en Assemblée générale ordinaire se compose des membres élus par les Conférences des évêques, des membres nommés directement par le pape et des membres d’Instituts religieux cléricaux (Canon 346).

Une messe d’action de grâce a été célébrée ce vendredi 30 septembre 2016 au Centre interdiocésain, siège des  institutions de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) par son S. E. Mgr Fridolin Ambongo, Evêque de Bokungu-Ikela, Admninistrateur Apostolique de Mbandaka-Bikoro et Vice-président de la CENCO pour dire aurevoir à Monsieur l’Abbé Léonard Santedi, Secrétaire Général et porte parole de la CENCO, nommé en juillet dernier, Recteur de l’Université Catholique du Congo (UCC).

En effet, c’est en 2006 que Monsieur l’Abbé Léonard Santedi a été appelé à rendre service à la Conférence épiscopale en qualité de Secrétaire Général alors qu’il était encore doyen de la Faculté de théologie à l’UCC. Après dix ans au service des évêques de la RD Congo dont il était le porte parole, S.E. Mgr Fridolin Ambongo lui a rendu un hommage mérité en soulignant ses qualités d’homme de Dieu et sa disponibilité. Au nom des évêques de la CENCO, il l’a remercié pour tous les services rendus au sein des structures centrales de la CENCO au bénéfice de l’Eglise catholique en RD Congo. Prenant la parole à la fin de la messe, Monsieur l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire Général Adjoint de la CENCO est également revenu sur le service rendu par le nouveau Recteur de l’UCC en soulignant son esprit d’ouverture.

A la fin de la messe, Monsieur l’Abbé Léonard Santedi a pris la parole pour remercier les évêques de la confiance qu’ils lui ont témoignée. Il a également remercié le Vice-président de la CENCO, le Secrétariat Général, l’équipe du Secrétariat Général élargi, ainsi que tout le personnel de la CENCO pour l’esprit de collaboration.

Après la célébration eucharistique les participants se sont retrouvés pour partager un verre d’amitié.

 

 

A l’issue de l’Angelus du dimanche 09 octobre 2016, le pape François a annoncé la création de 17 nouveaux cardinaux lors du prochain consistoire qui  aura lieu le 19 novembre 2016.

Parmi les cardinaux qui seront crées, sept proviennent des pays qui n’ont jamais été représentés dans le Sacré Collège ; il s’agit de : la République centrafricaine, le Bangladesh, l’île Maurice, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ainsi que la Malaisie, le Lesotho et l’Albanie. Les nouveaux cardinaux proviennent de onze nations. Le pape François a également décidé de créer cardinaux deux archevêques et un évêque émérites qui se sont distingués dans leur service pastoral ainsi qu’un prêtre qui a rendu un clair témoignage chrétien.

Mgr Dieudonné Nzapalainga, l'archevêque de Bangui est l’un des nouveaux cardinaux de l’Eglise ; il recevra la barrette cardinalice le 19 novembre prochain, veille de la clôture de l’année jubilaire à Rome.

Le dimanche 20 novembre, le Pape concélébrera en la solennité du Christ Roi, à la fin de l’Année de la Miséricorde, la messe avec les nouveaux cardinaux et l’ensemble du collège cardinalice.

Voici la liste des nouveaux cardinaux :

1- Mgr Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie ;

2- Mgr Dieudonné Nzapalainga, C.S.Sp., archevêque de Bangui (RCA) ;

3- Mgr Carlos Osoro Sierra, archevêque de Madrid (Espagne) ;

4- Mgr Sérgio da Rocha, archevêque de Brasilia (Brésil) ;

5- Mgr Blase J. Cupich, archevêque Chicago (États-Unis) ;

6- Mgr Patrick D’Rozario, C.S.C., archevêque de Dacca (Bangladesh) ;

7- Mgr Baltazar Enrique Porras Cardozo, archevêque de Merida (Venezuela) ;

8- Mgr Jozef De Kesel, archevêque de Bruxelles (Bruxelles) ;

9- Mgr Maurice Piat, évêque de Port-Louis (Maurice) ;

10- Mgr Kevin Joseph Farrell, préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie ;

11- Mgr Carlos Aguiar Retes, archevêque de Tlalnepantla (Mexique) ;

12- Mgr John Ribat, M.S.C., archevêque de Port Moresby (Papouasie-Nouvelle Guinée) ;

13- Mgr Joseph William Tobin, C.SS.R., archevêque d’Indianapolis (États-Unis).

 

Évêque et archevêques émérites :

1- Mgr Anthony Soter Fernandez, archevêque émérite de Kuala Lumpur (Malaisie) ;

2- Mgr Renato Corti, archevêque émérite de Novara (Italie) ;

3- Mgr Sebastian Koto Khoarai, O.M.I,  évêque émérite de Mohale’s Hoek (Lesotho) ;

4- Père Ernest Simoni, prêtre de l’archidiocèse de Shkodrë-Pult (Scutari – Albanie).

 

1. « La paix soit avec vous de la part de Dieu, notre Père » (cf. 2 Th 1,2). A vous tous s’adressent nos salutations les plus fraternelles. Comme vous le savez, forte de sa conviction selon laquelle seul un dialogue inclusif dans le respect du cadre constitutionnel constitue le cadre indiqué de résolution de la crise née du blocage du processus électoral qui risque d’embraser notre beau pays, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a envoyé son délégué au dialogue en cours à la Cité de l’Union Africaine (UA) dès le début des travaux du Comité Préparatoire.

2. En même temps, elle n’a cessé d’exhorter l’importante composante de l’opposition qui attendait encore la satisfaction de ses préalables à prendre part à ce dialogue.  Ces préalables n’ayant été pris en compte qu’en partie, malgré le plaidoyer de la CENCO, le dialogue continuait à souffrir  de l’absence des familles politiques qui ont pu faire adhérer une bonne partie de la population à leurs thèses.

3. Les tristes événements du 19 et du 20 septembre 2016 que nous avons condamnés à juste titre ont démontré à suffisance qu’une bonne partie de nos concitoyens ne se sentiront pas concernés par le compromis issu de ce dialogue quelles qu’auront été les résolutions. La crise n’aura donc pas été résolue. Voilà pourquoi, la CENCO a trouvé sage de suspendre sa participation au dialogue, afin de travailler à obtenir un large consensus et les conditions d’un dialogue inclusif garant de la paix escomptée dans notre pays.

4. Vous l’aurez compris, cette suspension n’est donc pas motivée par un discrédit jeté sur le dialogue en cours, mais plutôt par souci de sauver ce dialogue souhaité par toutes les parties et dont la CENCO a  toujours été et reste l’un de grands défenseurs. Pour la RD Congo, la CENCO n’aura jamais de cesse, elle ne se taira jamais jusqu’à ce que la justice dans notre pays brille comme la lumière et la prospérité comme une lampe (cf. Is 62,1).

5. De l’analyse de la situation actuelle et des contacts eus avec les uns et les autres, il ressort clairement qu’i il y a encore des efforts et sacrifices à faire aussi bien par la Majorité au pouvoir  que par le Rassemblement de l’Opposition pour atteindre ce noble objectif. C’est une responsabilité historique que chacun doit assumer en toute lucidité.

6. Au stade actuel, la CENCO encourage la poursuite des travaux du dialogue en cours et recommande que soient pris en compte les fondamentaux  qu’elle a           toujours défendus et qui ont été repris dans son dernier communiqué du 20 septembre 2016. Elle demandera au Rassemblement de l’Opposition qui tiendra son Conclave dans quelques jours d’apporter ses propositions d’amendements dans le respect de la Constitution et le souci de construire la paix.

7. Elle souhaite vivement que soit mis en place, le plus tôt possible, un cadre inclusif qui permettrait de trouver un compromis acceptable par tous. C’est la garantie d’une paix solide et durable dont le pays a besoin.

8.  Pour arriver facilement à cette mise en commun, devant l’urgence et la gravité de la situation, sans consacrer l’impunité et l’injustice, la CENCO exhorte ceux qui en ont le pouvoir de prendre de la hauteur en posant des gestes de grandeur qui débloqueraient la situation actuelle pour le bien supérieur de la Nation congolaise.

9. Accueillant avec joie l’exhortation judicieuse du Pape François lors de son entretien avec le Chef de l’Etat congolais au Vatican, le 26 septembre 2016, la CENCO continuera à soutenir sans relâche un « dialogue respectueux et  inclusif pour la stabilité et la paix » en République Démocratique du Congo. Que la Sainte Vierge Marie, Mère du Prince de la paix, intercède pour notre pays et son peuple.

Kinshasa, le 1er octobre 2016 

                          + Marcel UTEMBI

Archevêque de Kisangani

Président de la CENCO

 

 

Au Vatican, le Pape François a reçu Monsieur Joseph KABILA KABANGE, Président de la République Démocratique du Congo au début de la semaine dernière. Les deux personnalités ont  échangé pendant une vingtaine de minutes autour de la situation politique actuelle et les récents affrontements qui se sont produits, à Kinshasa le 19 et le 20 Septembre derniers, d’après un communiqué publié par le Vatican.

On peut lire, dans ce même communiqué que le souverain pontife  se dit préoccupé par la situation sécuritaire, dans l’Est du pays où la dernière attaque  a causé la mort d’une cinquantaine de personne.

Il faut, cependant rappeler que cette audience du Président de la République intervient après celle du nonce apostolique au Congo, Monseigneur Louis Mariano Montemayor, qui ne cesse de condamner les exactions dans cette partie du pays.

 

Sous-catégories

Echos du saint siège
Société
IMAGE Bandundu : 174 enfants...
« Actuellement, au bout de trois mois, la Zone de Santé (ZS) de Kingandu a...
IMAGE RDC: Caritas Congo...
Le Projet d’extension /Appui à la scolarisation des Enfants et Adolescents...
IMAGE Diocèse de Boma : Le...
Une mission a été organisée récemment sur terrain pour le compte du projet...
ESPACE MEMBRE

NEWSLETTER
Soyez informer par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
COORDONNEES

Avenue Monts Virunga, n° 59, Commune de la Gombe, BP 3258 Kinshasa / Gombe / RD Congo

Tél : 00243 (0)998 24 86 99
Email : cenco2009@yahoo.fr
http://www.cenco.cd

© CENCO 2016

Concu par IT-Connexion