Kinshasa - RDC
Nous suivre sur

Deuxième jour des travaux autour des aspects qui font partie des discussions sur l’arrangement particulier entre les délégués au dialogue inclusif sous les auspices de la CENCO. Aujourd’hui, ils ont abordé la première thématique se rapportant au gouvernement. Trois points ont été abordés à savoir : le mode de désignation du premier ministre, son profil, ainsi que le format du gouvernement.

S’agissant du mode de désignation du premier ministre, tous les délégués sont d’accord pour que le premier ministre soit issu du Rassemble. Mais comment se fera sa désignation si l’on veut préserver le pouvoir discrétionnaire du Chef de l’Etat ? Pour les uns, le Rassemblement propose quelques noms qui vont être soumis au Chef de l’Etat et c’est à lui de choisir qui peut être premier ministre. Pour les autres, un seul nom sera présenté au Chef de l’Etat par l’intermédiaire de la CENCO pour nomination par le président de la République ; au cas où la personne désignée ne répond au profil, un autre nom peut être proposé via la CENCO ( les discussions continuent).

Concernant le profil du premier ministre, les délégués ont convenu de considérer ce qui est dit dans la constitution et les lois du pays en y ajoutant quelques qualités nécessaires proposées par les délégués.

Les participants aux discussions du Centre interdiocésain sont d’accord pour que le gouvernement à constituer tienne compte de la rationalité économique et l’inclusivité.

Deux commissions sont mises sur pied pour faire des propositions sur le mode de désignation du premier ministre, ainsi que la nomenclature des ministères.

Deux autres thématiques se rapportant notamment au Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA) et au chronogramme de la mise en œuvre ne sont pas encore abordés.

Cet après midi les travaux en plénière reprennent à 17h.

Les évêques de la CENCO ont rencontré le Président de la République ce mercredi 04 janvier 2017 pour lui remettre l’Accord.  Celui-ci les a encouragés et leur a demandé de poursuivre les contacts afin de faire signer l’Accord à tous les concernés. Ce matin, ils ont rencontré Madame Eve Bazaiba et les membres du Front pour le respect de la constitution qui leur ont promis de signer le texte. La rencontre avec le Premier ministre et les membres du gouvernement qui n’ont pas encore signé l’Accord pourrait avoir lieu aujourd’hui.

 

Le rapport de la commission "décrispation politique" a été adopté par consensus ce vendredi 16 décembre 2016 par les participants au dialogue inclusif après qu'ils aient soulevé quelques observations. Quatre options ont été levées par la commission; il s'agit de 1°) l'appel à la non-violence, 2°) la libération des prisonniers politiques et d'opinions, 3°) les médias suspendus et/ou en situation litigieuse à l'égard de la fiscalité.

La commission recommande : 1°) que soit mis fin au dédoublement des partis politiques, 2°) que les médias et les acteurs sociaux s'abstiennent des propos injurieux et des discours incitant à la haine, 3° que soit garantie la neutralité des services publiques et l'indépendance du pouvoir judiciaire conformément à la loi sur les services publics, lever la mesure de suspension de manifestations et réunions publique, créer une structure national de médiation et du processus de réconciliation qui sera présidée par un médiateur national.

Après échange, quelques amendements ont été formulés: 1°) la recommandation sur le dédoublement des partis politiques doit être formulée de façon claire, 2°) on y inclura une recommandation par rapport au dédommagement des victimes du 19 et 20 septembre 2016 et les sièges des partis politiques qui ont été incendiés, 3°) une recommandation sur les tracasseries fiscales, ainsi que 4°) l'équilibre dans la grille des programmes concernant le temps de parole à accorder aux partis politiques de la majorité et ceux de l'opposition.

La plénière reprend ce samedi 17 décembre avec les rapports des commissions sur la gouvernance des institutions publiques et le processus électoral.

 

Le Président de la CENCO, SE Mgr Marcel UTEMBI a été invité ce mercredi 11 janvier 2017 par le Conseil de Sécurité réuni lors de sa réunion statutaire pour parler de l’Accord global et inclusif du Centre Interdiocésain. Les membres du Conseil de Sécurité veulent savoir comment les choses évoluent après la signature de l’Accord du 31 décembre 2016.

Le président de la CENCO en a profité pour demander au Conseil de Sécurité de soutenir la RD Congo dans la mise en application de l’Accord, en soutenant la RD Congo dans l’organisation des élections, en mettant à la disposition de la CENI les moyens logistiques et financiers nécessaires.Hervé Ladsous, le secrétaire général adjoint de l’ONU s’est félicité de la signature de l’Accord sous les auspices de la CENCO ; selon lui, la signature est intervenue à un moment de tension en RD Congo et a contribué à décrisper la situation qui allait exploser. Cet Accord ouvre une nouvelle ère a-t-il dit. Il déplore la non signature de l’Accord par certains délégués qui ont promis de le faire incessamment. Il salue l’engagement et les efforts de la CENCO.

Le Conseil de Sécurité promet de faire le maximum pour que le processus ne connaisse pas de retard.

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) continue de recevoir les acteurs politiques pour la signature de l’Accord du dialogue inclusif.  Aujourd’hui, mardi 03 janvier 2017, Son Excellence Monsieur Steve MBIKAYI, Ministre de l’ESU a signé l’Accord au Centre Interdiocésain en présence de Leurs Excellences Messeigneurs Marcel UTEMBI et Fridolin Ambongo, respectivement Président et Vice-président de la CENCO, de Monsieur l’Abbé Donatien NSHOLE, Secrétaire Général ai de la CENCO et de Monsieur l’Abbé André MASINGANDA, 2ème Secrétaire Général Adjoint de la CENCO. Les autres se sont annoncés pour le faire dans les jours à venir.

Concernant les arrangements particuliers, chaque composante travaille de son côté pour faire des propositions sur le chronogramme, la nomination du premier Ministre, son profil, son mode de désignation, la taille du gouvernement, ainsi que la composition du Conseil National de Suivi de l’Accord.

 Abbé Jean-Marie BOMENGOLA

Secrétaire de la Commission

Episcopale des Communications Sociales

 

 

La journée de ce mercredi 14 décembre 2016 a été consacrée aux travaux en commissions.

I. Commission de la décrispation politique

En vue de consolider la paix et la démocratie en RD Congo, cette commission préconise la libération des prisonniers politiques et d’opinion, le retour des exilés politiques, la suppression et l’interdiction des dédoublements des partis politiques, la levée de toute entrave à la liberté de presse et l’accès libre à tous les médias et particulièrement aux médias publics.

Dans cet ordre d’idées elle a levé cinq options à savoir :

  1. L’engagement de toutes les parties à lancer un appel sans équivoque à la paix et à la non-violence ;
  2. La régularisation et l’acquittement par les médias suspendus de leur statut juridique, de leur devoir vis-à-vis de la DGRAD et du Ministère des Médias ;
  3. La mise en place par le Ministre ayant en charge la Justice d’une commission ad hoc des magistrats chargés d’examiner au cas par cas les dossiers des prisonniers politiques et d’opinion ;
  4. La demande d’une mesure de grâce présidentielle dont les modalités pratiques sont à définir pour les cas emblématiques des sept personnes ci-après : Moise Katumbi, Jean-Claude Muyambo, Eugène Diomi Ndongala, Moise Moni Della, Floribert Anzuluni, Antipas MBusa Nyamuisi, Roger Lumbala, ainsi que les neuf membres du Mouvement citoyen Lucha : Franck Bahati, Deogratias Kizi Lubanga, Lombo Bihititi, Célestin Tambwe, Luc Malembe, Faustin Dunia, Glody Tambwe, Jacques Mohindo, Justin Mutabesha.
  5. Concernant le dédoublement des partis politiques, la liberté de manifestation et l’environnement général par rapport aux droits de l’homme, les discussions continuent.

 II. Commission pour le processus électoral

Le débat s’est focalisé sur la mise en place d’un calendrier électoral réaliste qui tient compte des contraintes temporelles et budgétaires. Dans un esprit d’ouverture, le débat se poursuit sur le fichier électoral, les séquences électorales, le calendrier électoral, le financement des élections, la sécurité électorale, la CENI et  le CSAC, ainsi que sur le mécanisme de suivi des résolutions du dialogue national inclusif.

 III. Gouvernance des institutions

Le débat se poursuit autour des thèmes suivants : la compréhension du respect de la constitution et ses implications sur la résolution de la crise, le fonctionnement des institutions pendant la période transitoire.

On note pour terminer que la journée d’hier a également été marquée par la participation aux assises du Front pour le respect de la Constitution, représenté par trois délégués dont Mme Eve Bazaiba, Secrétaire général du MLC.

Le présent document donne une synthèse des travaux en commissions et ne constitue pas la décision de la plénière.

 Fait à Kinshasa, le 15/12/2016

Pour la CENCO : Abbé Donatien NSHOLE, Secrétaire Général ai.

Pour les signataires de l’Accord : SE M. Lambert MENDE OMALANGA

Pour les non-signataires de l’Accord : M. Jean-Pierre LISANGA BONGANGA

Sous-catégories

Echos du saint siège
Société
IMAGE Bandundu : 174 enfants...
« Actuellement, au bout de trois mois, la Zone de Santé (ZS) de Kingandu a...
IMAGE RDC: Caritas Congo...
Le Projet d’extension /Appui à la scolarisation des Enfants et Adolescents...
IMAGE Diocèse de Boma : Le...
Une mission a été organisée récemment sur terrain pour le compte du projet...
ESPACE MEMBRE

NEWSLETTER
Soyez informer par e-mail
NOUS SUIVRE SUR
COORDONNEES

Avenue Monts Virunga, n° 59, Commune de la Gombe, BP 3258 Kinshasa / Gombe / RD Congo

Tél : 00243 (0)998 24 86 99
Email : cenco2009@yahoo.fr
http://www.cenco.cd

© CENCO 2016

Concu par IT-Connexion